(+34) 930 250 827 / (+34) 7 22 22 95 16

Maria Montessori 

Maria Montessori est une italienne, docteur en médecine, psychiatre, anthropologue, militante socialiste et féministe du début du XXe siècle. Elle sera précurseur dans l’observation, la compréhension de l’enfant et dans la conception d’une science de l’éducation.

Elle nait en 1870 dans une famille bourgeoise. Adulte, elle réussit à s’inscrire à la faculté de médecine de Rome malgré son accès réservé aux hommes et à 26 ans, elle devient une des premières femmes médecins en Italie. Elle est une fervente militante des droits politiques et sociaux des femmes.

En 1897, Maria Montessori est engagée dans la clinique psychiatrique de l’Université de Rome où elle étudie des enfants et des adultes malades mentaux, dont la seule thérapie est d’ordre médicale et chimique alors qu’elle observe des résultats grâce à des méthodes basées sur l’éducation.

Elle devient directrice de l’école orthophrénique de Rome et poursuit ses recherches en se basant sur celles de Jean Itard et Edouard Seguin (médecins-éducateurs français du début du XIXème) à qui elle empreinte le matériel créé pour les déficients sensoriels (lettres rugueuses, etc). Puisque ces enfants déficients apprennent finalement à lire et à écrire comme des enfants sans handicap, Maria Montessori se demande pourquoi ces derniers ne surpasseraient pas les apprentissages de base.

Elle transpose donc ses méthodes sur des enfants de 3 à 6 ans, dans la première « Casa dei Bambini » qu’elle ouvre en 1907, dans un quartier pauvre de Rome (San Lorenzo). C’est là qu’elle élabore la « pédagogie Montessori » telle qu’on la connaît aujourd’hui, avec : environnement préparé, phénomène de l’attention, libre choix de l’activité, étalonnage du matériel autocorrectif, etc). Elle analyse alors que l’enfant qui choisit son activité, qui manipule et qui répète, peut fixer son attention très longtemps.

Durant la 1ère guerre mondiale, Maria Montessori quitte une première fois l’Italie pour vivre aux Etats-Unis, et à la seconde elle rejoint l’Espagne, puis l’Angleterre, les Pays-Bas, et Inde.

Tout au long de sa vie elle écrit des livres pour étayer ses recherches.

Elle meurt en 1952 aux Pays-Bas.